Les sous-marins musées

sous marin

Les sous-marins sont fascinants pour plusieurs raisons. Ils sont à la pointe de la technologie en matière de communication, de camouflage et d’armement militaire. Ils jouent également un rôle décisif pour ce qui est de la défense et de la dissuasion nucléaire. Leur capacité à rester submergé pendant des semaines et l’entraînement spécifique que suivent les sous-mariniers entretiennent une curiosité du public. Si vous vous demandez à quoi ressemble l’intérieur d’un sous-marin et quelles sont les conditions de vie d’un sous-marinier, découvrez les quatre sous-marins français désaffectés aujourd’hui convertis en musées.

Le Flore-S645 à Lorient

Le premier sous-marin de cette liste a servi la France de 1964 à 1989. Le sous-marin Flore-S645 est le cinquième sous-marin à hautes performances de la classe Daphné et a été très actif durant la Guerre Froide. Les chiffres associés à ce sous-marin sont impressionnants :
Il a parcouru l’équivalent de quinze fois le tour de la Terre.
Il cumule 41 000 heures de plongée, soit presque 5 ans.
Mis à sec à Lorient en 1995, on peut le visiter sur cale sèche depuis 2010 dans la base sous-marine de Lorient

Le redoutable à Cherbourg

Le deuxième sous-marin de cette liste est un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE). Le Redoutable-S611, le premier SNLE français, a servi la France de 1971 à 1991. A la pointe de la technologie Le Redoutable est le premier SNLE de la classe Le Redoutable.  Ce sous-marin est symbolique car le premier de la Force Océanique Stratégique (FOS), chargée d’assurer la dissuasion nucléaire française. Il a été offert par la Marine Française à la ville de Cherbourg en 1996 pour en faire le symbole de la Cité de la Mer. Le navire-musée a ouvert ses portes au public en 2002.

L’Espadon à Saint-Nazaire

Le troisième sous-marin de cette liste est un sous-marin d’attaque à propulsion conventionnelle. Espadon-S637, cinquième sous-marin de classe Narval, a servi la France de 1960 à 1985. Il s’agit du premier sous-marin français à naviguer dans l’Antarctique et du premier sous-marin navire-musée de France. Aujourd’hui à Saint-Nazaire, cela fait plus de vingt ans que le sous-marin propose aux visiteurs de découvrir son intérieur.

L’Argonaute à Paris

Le quatrième sous-marin converti en musée de France n’est pas sur la côte mais bien dans la capitale française. L’Argonaute-S636, deuxième sous-marin de classe Aréthuse, a servi la France de 1959 à 1981. L’Argonaute était un chasseur, rapide, discret et léger, dont le but était d’assurer la lutte anti-sous-marine. Il est aujourd’hui exposé devant la Cité des sciences et de l’industrie, au 30 avenue Corentin-Cariou dans le 19e arrondissement de Paris depuis 1991.
Tous ces sous-marins sont intéressants et valent le coup d’être visités si vous êtes un passionné d’Histoire et de navires militaires.