Comprendre tout sur l’extension des cils avant de se lancer 

Des cils plus noirs, plus volumineux et plus élégants, rien de tel pour sublimer son regard. D’ailleurs, c’est ce que promettent les extensions de cils. En partant du même principe que les extensions de cheveux, cette pratique consiste à ajouter des cils complémentaires sur ses propres cils de manière à accentuer ces derniers. Mais que faut-il savoir avant de se lancer dans cette pratique ?

Extension de cils, comment ça marche ?

 

Le ou la spécialiste va coller, brin par brin sur chaque cil, des extensions synthétiques, généralement en fibres hypoallergéniques. En pratique, il ou elle va utiliser une pince pour isoler le cil naturel, puis déposer sur celle-ci un cil synthétique qui a préalablement été trempé dans de la colle. 
La pose d’extension de cils ne produit aucune douleur pour ses pratiquants, étant donné que des patchs sont utilisés pour bloquer le mouvement des paupières. Ainsi, les yeux restent fermés durant tout le processus. 
En outre, il est évident qu’avant de procéder à la pose de ces extensions, les professionnels doivent impérativement s’assurer de la propreté des yeux et des contours du visage pour éviter les problèmes d’hygiène. 

Y a-t-il une différence entre une extension de cil et l’utilisation de faux cils ?

Bien que ces deux procédés utilisent des cils synthétiques, leur application reste considérablement différente. Les faux cils se collent sur la paupière, tandis que les extensions sont posées une par une sur les cils naturels. En effet, comme nous détaille le site cilsenseine.com , si les extensions sont très plébiscitées, c’est qu’ils sont réputés minimiser les risques d’allergies, étant donné qu’ils ne se collent pas à la paupière.
Contrairement aux faux cils qui ne peuvent pas être utilisés pendant plus d’une journée, au risque d’irriter le bord des paupières, les extensions peuvent être portées pendant 4 à 6 semaines.