Quelles sont les raisons d’opter pour le statut d’auto entrepreneur ?

Si l’Etat a créé le statut d’auto entrepreneur en 2009, c’est pour dynamiser et apporter davantage de souplesse au marché du travail français au lendemain de la crise financière. Tout a été fait pour que cette structure soit aussi facile à adopter qu’à clôturer, et pour qu’elle fournisse un certain nombre d’avantages à ses bénéficiaires. Que faut-il savoir à propos de ce type de société personnelle ? On vous en dit plus au cours de ce texte !

Quelles sont les démarches pour obtenir le statut d’auto entrepreneur ?

La création d’un statut d’auto entrepreneur est des plus simples, puisqu’elle ne nécessite aucun déplacement physique de la part du futur micro-entrepreneur. En effet, celui-ci n’est tenu que de se connecter sur le portail des auto-entrepreneurs ou de s’appuyer sur une plateforme spécialisée telle qu’espace-autoentrepreneur.com pour que la demande soit prise en compte.

Il s’agit de remplir un questionnaire renseignant vos nom et prénom, vos coordonnées (adresse, numéro de téléphone) ainsi que la nature de la profession que vous souhaitez exercer en tant que free-lance. A la suite de cela, vous serez affilié à un centre de formalité des entreprises et recevrez un numéro de SIRET. Vous êtes micro-entrepreneur dès la réception du SIRET, ce qui vous offre la possibilité de commencer à facturer vos produits ou vos services à vos clients.

A quelles règles est soumis le micro-entrepreneur ?

Le micro-entrepreneur, bien qu’il bénéficie d’une structure allégée en termes de contraintes, doit toutefois répondre à un certain nombre d’obligations légères dont voici la liste :

  • Tout d’abord, il doit remplir régulièrement un carnet de recette qu’il pourra présenter à qui de droit en cas de contrôle fiscal.
  • S’il doit réaliser des achats dans le cadre de sa profession, il doit également tenir à jour un cahier d’achat.
  • Il doit aussi conserver l’ensemble des factures et des devis émis au titre de son activité professionnelle. Et ce, jusqu’à une période de 10 ans après la clôture de son statut d’auto entrepreneur pour être en mesure de fournir des preuves en cas de litige juridique.
  • Il doit régulièrement déclarer son chiffre d’affaires, sur la base duquel il doit verser des cotisations sociales et fiscales.
  • Ce chiffre d’affaires ne peut pas dépasser 70 000 euros s’il effectue des prestations de services, ou 170 000 euros s’il revend des produits marchands.

Quels sont les avantages de cette structure professionnelle ?

Mais en contrepartie de ces règles, le statut d’auto entrepreneur offre un grand nombre d’atouts qui le rendent séduisant pour de nombreux actifs à travers l’Hexagone. En premier lieu, il est possible de choisir de déclarer son chiffre d’affaires tous les mois ou tous les trois mois, ce qui permet d’avoir une meilleure maîtrise et une meilleure visibilité de votre budget.

Il faut aussi mentionner que la TVA est exempte des obligations du micro-entrepreneur. En d’autres termes, cela signifie qu’il n’a pas à la payer, donc qu’il n’a pas non plus à la facturer.

Une donnée qui opère un impact direct sur le montant des produits ou des services facturés à la clientèle, et qui constitue un sérieux avantage concurrentiel face aux entreprises qui sont contraintes de répercuter leurs taxes sur le coût de leurs marchandises ou de leurs prestations. Pour en savoir plus sur la manière de payer des produits hors taxe, vous pouvez consulter Mondandy.fr.

Enfin, être free-lance se cumule avec une position de salarié au sein d’une société privée ou bien de fonctionnaire. En d’autres termes, vous pouvez arrondir vos fins de mois grâce à votre activité secondaire, mettre en œuvre un projet professionnel autrement risqué, ou bien tenter une reconversion professionnelle sans vous couper de vos revenus principaux.