L’histoire nous permet d’apprendre du passé

Ceux qui ne connaissent pas l’histoire sont condamnés à la répéter. » Ce dicton souvent cité dit une grande vérité : l’histoire a des modèles. L’une des continuités de l’histoire, ce sont les erreurs qui sont commises siècle après siècle alors que les gens vivent dans la poursuite des mêmes motifs d’intérêt personnel.
Les guerres sont menées pour les mêmes raisons. Les régimes s’effondrent par les mêmes lacunes. Des émeutes et des révoltes accompagnent les mêmes abus. Les hommes et les femmes s’opposent sans cesse à la même oppression. C’est pourquoi l’histoire est essentielle au répertoire de l’homme politique et du dirigeant, parce que la compréhension des échecs du passé nous rapproche un peu plus des lacunes du présent.

L’histoire est la plus grande des histoires

L’histoire a tellement d’utilisations pratiques qu’il est facile d’oublier que l’histoire est aussi une histoire, une aventure passionnante qui se déroule à travers le monde et à travers les âges. Cette histoire englobe les grands empires de la Chine, de Rome et de la Grande-Bretagne, les conquêtes d’Alexandre le Grand et de Napoléon, les explorations de Marco Polo et la défaite de l’Invincible Armada. C’est une histoire d’amour dans les cours royales d’Europe, d’honneur dans les samouraïs japonais et d’espionnage dans la Révolution américaine. Il y a la dévastation et la tragédie de deux guerres mondiales, la montée et la chute des dictateurs et des oppresseurs, et la lutte pour les droits et les libertés dans un monde d’abus. L’histoire est un conte qui couvre toute l’expérience humaine, et c’est un conte dans lequel nous avons tous un rôle à jouer.

Pour toutes ces raisons, il nous faut un récit fédérateur qui rassemble et qui rapproche tous les élèves quelques soient leurs origines, qu’il leur redonne confiance en une destinée commune, qu’il fasse qu’ils deviennent tous des citoyens fiers de leur appartenance à la nation enrichie de leurs histoires personnelles. Faisons-leur découvrir la permanence de notre double héritage, chrétien et monarchique d’une part, républicain et laïc d’autre part, en rétablissement la chronologie, en revenant à un véritable récit et soyons fiers de ces deux héritages qui ont façonné la France d’aujourd’hui.

Donnons aux nouveaux venus l’amour et la passion de notre histoire comme aimait à le rappeler Romain Gary : « Je n’ai pas une goutte de sang français mais la France coule dans mes veines » et nous leur ferons aimer la France au lieu de la détester… »

Dimitri Casali : Historien, spécialiste de l’enseignement de l’Histoire, auteur notamment du Nouveau Manuel d’Histoire (La Martinière 2016, préface de JP Chevènement), co-auteur de la réédition du Petit Lavisse « De la Gaule à nos jours » (Armand Colin 2014), L’Histoire de France Interdite (JC Lattès 2013), l’Altermanuel d’Histoire (Perrin 2012).