Le rodéo à moto : faut-il s’y essayer ?

rodéo moto

Le rodéo à moto compte parmi les nouveaux sports extrêmes les plus appréciés par les jeunes motards. Il convient tout de même de rappeler que sa pratique n’est pas sans risque et qu’en cas d’accidents ou de dommages, les participants doivent s’acquitter d’une amende dont le montant est défini en fonction des dégâts notés. Voici tout ce qu’il faut savoir avant de se lancer dans ce sport dit extrême.

Rodéo à moto et sécurité

Le rodéo à moto n’a pu, pendant longtemps, être pratiqué que dans quelques agglomérations et il s’est ensuite répandu à des viles reculés et des villages de campagne. Les participants sont pour la plupart des passionnés de vitesse et course qui sont en quête de sensations fortes. Ce qu’il faut savoir, c’est que ce type de loisirs n’est pas des plus sécuritaires, autant pour le coureur que pour les riverains dans la zone où la course est organisée.

Le port d’un casque et de toute la panoplie du parfait motard ne permettrait même pas de sauver le conducteur en cas de chute. En juin 2015, plus de 26 motos et scooters ont été détruits après une course qui a mal tourné. Le préfet du Havre a pris cette mesure afin de limiter les dangers de ce sport et de rétablir la tranquillité publique. La police locale a ainsi saisi une vingtaine de deux-roues ayant participé à des rodéos sauvages. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que la loi prend des mesures drastiques à l’encontre les fans de rodéos à moto.

Un manque de règlementation

moto rodéoLa plupart de machines utilisées dans ce type d’activité sont des motos volées qui ont été modifiées ou des motos d’occasion achetées via les petites annonces ou sur le réseau classique avant d’être bridées pour qu’elles promettent de belles performances sur la route. Une fois que la machine est prête, les participants s’informent sur les lieux dédiés à la pratique et la date de la course et cela peut être un parking de supermarché, une zone industrielle abandonnée ou même une avenue ouverte à la circulation. Généralement organisés les week-ends et en soirée, les rodéos à moto peuvent toutefois avoir lieu un lundi à 4h du matin ou un dimanche à 14 h de l’après-midi pendant les périodes estivales.

Si les amateurs de ce type de pratique sont de plus en plus nombreux, les pouvoirs publics et les élus locaux cherchent toujours des solutions permettant d’endiguer le problème ou du moins, règlementer la pratique du rodéo à moto. Les forces de l’ordre ne tentent même plus les interventions de peur des risques de course-poursuite avec les participants. En effet, de navrantes situations semblables à celles-ci ont déjà eu lieu plusieurs fois et se sont au final soldées par des accidents, certains mortels, et incluant des riverains innocents. Lorsque des machines bridées au maximum sont lâchées sur la route et conduites par des accros de vitesse alors les conséquences en cas de manque de contrôle du véhicule ou d’accidents sont à craindre.

Un projet de loi pour sanctionner les rodéos sauvages devrait voir bientôt le jour. Jusque-là, les amateurs de rodéos étaient punis pour des infractions mineures comme le non-port de casque, le défaut d’assurance ou encore la mise en danger de la vie d’autrui. Gageons que dans les années à venir, la loi sera plus dure envers ces fous du guidon !